MODALITÉS TECHNIQUES DU TRAITEMENT LOCAL COMBINÉ

Rétablissement de la continuité digestive

Toutes les tranches d’organes creux sont fermées passagèrement par des agrafes puis traitées par la CHIP. Les anastomoses sont réalisées après la CHIP, soit par surjets de fils résorbables, soit par pinces mécaniques. En cas de CIPPI, les anastomoses ne sont pas baignées par la chimiothérapie. Certaines situations particulières méritent cependant une description plus détaillée :



Après gastrectomie partielle

Une anastomose latéro-latérale est confectionnée sur la deuxième anse jéjunale. L’avantage principal de ce montage très simple réside dans le maintien de la sonde gastrique pendant quelques jours de manière à aspirer les secrétions bilio-pancréatiques en sus des secrétions gastriques et d’éviter une sur-tension sur les anastomoses situées en aval (un syndrome subocclusif de plusieurs jours, 5 à 10 jours étant habituel après une CHIP), et surtout le lâchage du moignon duodénal. Un montage sur une anse jéjunale en Y est plus classique après gastrectomie partielle sans CHIP, car il évite les reflux bilio-pancéatiques dans l’estomac et l’œsophage à long terme, mais il ne permet pas cette décompression bilio-pancratique que l’on recherche dans le cas présent.. Si seule une courte antrectomie a été réalisée, il faut faire une vagotomie tronculaire (avec mécanisme anti-reflux) pour éviter l’ulcère anastomotique.



Après gastrectomie totale

Une gastrectomie totale est exceptionnellement requise pour certains pseudomyxomes très étendus, car elle est très mal supportée si elle s’accompagne aussi d’une colectomie totale. Dans ce cas, on a le choix entre le montage usuel, tout en prenant un très grand soin à descendre une sonde gastrique jusqu’au pied de l’anse montée afin de dériver les secrétions bilio-pancréatiques pour les raisons énoncées plus haut. Un montage temporaire particulier (fig. 15) peut être utilisé dans les situations à risque : une stomie temporaire est réalisée pour dériver les secrétions bilio-pancréatiques et éviter ainsi la mise en tension et l’ouverture secondaire du moignon duodénal. La suppression de cette stomie, c.a.d. la réalisation de l’anastomose au pied de l’anse montée sur l’œsophage est réalisée 2 mois plus tard.

L’anastomose rectale

Elle est réalisée sur le rectum moyen (sous-douglassien) qui a été fermé par une agrafeuse, au moyen d’une pince mécanique circulaire introduite par l’anus. Cette anastomose est soit colo-rectale, soit iléo-rectale, réalisée sans tension, puis testée sous pression. Elle n’est habituellement pas protégée après une CHIP, alors qu’elle l’est par une iléostomie d’amont en cas de CIPPI (en raison de la fragilisation de cette anastomose déclive après 5 jours de chimiothérapie i.p.).

AMARAPE est une association loi 1901 créée par des patients atteints de deux maladies rares du péritoine : le pseudomyxome et le mésothéliome.

Connexion